Esquel courte escale

récit de voyage no 8

Tchou!  tchou!  tchou!  Vous entendez siffler le train qui rentre en gare ? Nous vous emmenons à bord de la Trochita, son nom officiel est "Viejo Expreso Patagónico", train à vapeur mythique et petite star de la pampa argentine. Alors, vous montez ? Rassurez-vous, nous n’allons pas très loin et il ne va pas très vite. On pourrait presque marcher à ses côtés. Notre destination est Nahuel Pan au nom évocateur (19,5 km de Esquel), et pourtant il n’y a pas grand-chose, à part une petite gare, quelques chevaux par-ci par-là et deux ou trois maisons où l’on vend de l’artisanat. Le paysage évoque le Far West, on s’attendrait presque à une embuscade d’Indiens, digne d’un bon western ! La petite balade est sympa, surtout en sachant que la locomotive et le wagon dans lequel nous sommes assis est d’époque, cela nous donne un vague goût de conquête de l’ouest !

Petite anecdote : alors que nous nous rendons à la gare pour prendre le fameux train, nous rencontrons une MG (petite voiture de sport de l’époque pour ceux qui ne savent pas) avec sur la portière une grande carte du monde collée ainsi que sur tout le long de la voiture des noms de tous les pays traversés. Curieux, nous demandons à la conductrice se trouvant hors de son véhicule, d’où vient-elle ? Et c’est là qu’elle nous raconte qu’elle et son mari viennent d’Australie et qu’il y a encore 6 autres voitures du même style dans la ville, tous participant à un rally qui dure 4 mois. Ils font la route de Ushuaia à l'Alaska. Vous pensez bien qu’en 4 mois il n’y a pas beaucoup de temps pour visiter les pays traversés ! Nous n’avons déjà pas assez de temps pour découvrir uniquement l’Argentine, c’est dire ! Tous les conducteurs sont dans leur fin soixantaine début septantaine et vivent tous en Australie, comme quoi il n’y a pas d’âge pour voyager... Leurs voitures ont déjà parcouru lors de précédents rallyes toute l’Afrique, de Cap Town au Caire ainsi que toute l’Europe. Elles n’ont l’air de rien ces petites voitures et pourtant elles en mangent des kilomètres. Finalement, ce ne sont pas les plus gros véhicules qui vont les plus loin, mais les plus persévérants.

Si nous avons choisi de nous arrêter à Esquel, qui est finalement une petite ville au milieu de la pampa où il ne se passe pas grand-chose, c’est tout spécialement pour visiter une toute petite partie de son merveilleux Parc National Los Alerces. Ce parc est immense, 263 000 ha, et fut créé en 1937 pour protéger une flore unique au monde, son principal intérêt résidant dans l’Alerce (forêt d’alerces géants, sorte de gigantesques mélèzes), pouvant atteindre jusqu’à 70 m de haut, avec certains spécimens plusieurs fois millénaires. Ils sont aussi nommés cyprès de Patagonie, ou encore lahuán par les indigènes Mapuches. Pour aller visiter ces colosses, nous pouvons le faire uniquement avec une excursion organisée. Et tels de bons toutous (que nous ne sommes pas !), nous suivons péniblement toute la journée la meute de touristes, difficile pour nous qui sommes devenus au cours de nos nombreux voyages tellement libres et indépendants ! Heureusement que le guide est intéressant. Durant notre excursion, nous prenons un petit bateau qui nous amène au pied du glacier Torrecillas où une vue splendide nous attend, puis pendant 1h30, nous nous baladons toujours en groupe dans la forêt dont les sentiers sont bien balisés pour aller découvrir ces gigantesques et respectables ancêtres. C’est dingue de penser que certains d’entre eux ont 2 600 ans, 3000 ans. On a la peine à imaginer tout ce qu’ils ont vécu du point de vue climatique. Pensez, ils sont plus âgés que le Christ ! Sont-ils éternels ? Mais quel est donc leur secret ?  http://www.tierraspatagonicas.com/en/los-alerces-national-park/.

Alors que j'écris ces lignes, nous sommes dans le bus pour El Chalten, pour une fois j’ai tout mon temps, car nous avons environ 18 heures de route avant d’arriver à destination