De Tarapotos à Chachapoyas

récit de voyage no 3

On ne dit pas "c'est l'Amazone", on dit "c'est là que j'habite" !  

 

Trêve de plaisanteries, nous en voilà sortis de l'Amazone, à nous la cordillère. Après avoir survolé l'enfer vert, nous atterrissons à TARAPOTO (353m), bourgade agricole connue aussi sous le nom de "ville des palmiers" à la lisière de la forêt amazonienne. Nous y passons la nuit avant de prendre un bus "direct"... pour Perdro Ruiz, 1400m, que nous atteignons à la nuit tombante après le passage de 4 cols et 10 heures de bus. Notre voyage n'est pas terminé pour autant, car de là un mini bus nous amène en une heure sous une pleine lune resplendissante à Chachapoyas (2335m).

 

Chose non prévue, ce weekend est la grande fête patronale de la ville et lorsque nous arrivons à 21h, tous les hôtels sont complets. Pascal, sous la conduite d'un policier local, finalement nous trouve à 22h  une chambre. Nous traversons la petite Plazza de Armas avec nos gros sacs pendant que tous les locaux admirent les  feux d'artifices. Tiens, cela nous rappelle Malte ! et en plus ils se ressemblent.

Changement de décor et changement d'habits, nous avons sorti nos fourrures polaires, nos chaussettes de montagne et nos coupes-vent. Nous avons à nouveau le bout du nez bien frais. Pascal est recroquevillé pour conserver sa chaleur, quand à moi je revis. Le soir il fait bien cru et les maisons ne sont pas chauffées. Alors qu'il y a quelques jours nous cherchions désespérément un ventilo, ici nous rêvons de chauffages ou de cheminées qui n'existent pas. Hier soir nous avons acheté un bonnet et une écharpe en laine de lama. Il faut ce qu'il faut !

 

Chachapoyas, surnommée Chacha, est une paisible jolie petite ville coloniale. Après Lima et Trujillo, elle est la troisième ville la plus ancienne du Pérou. Samedi journée de récupération tranquille. Petite balade au mirador de Huancas, 20min de colectivo (taxi collectif) et un quart d'heure de marche nous mènent au bord d'une plongée de plus de 600m sur le Rio Sonche.

 

Puis nous nous rendons à la fiesta agricole, nettement moins surprenante que le marché de Belen, cependant nous y testons différents produits régionaux dont du fromage de type suisse, y a que le nom qui est suisse ! Nous découvrons qu'ici l'on fait des hamburgers au cochon d'inde, inutile de vous dire que nous n'avons pas essayé ! Voir mon Pipo (animal d'enfance) dans une assiette, non merci !

 

Clou de cette fête, le 15 aout, jour de l'assomption, se déroule une grande procession. Dès 2h du matin des groupes (famille,travail, communauté) se rassemblent et chacun réalise de grandes fresques au sol au moyen de sciure teintée de toutes les couleurs, ainsi apparaissent, tel des grands tapis, des tableaux magnifiques en relation avec Mama Asunta, et ceci tout autour de la Plazza de Armas. 

 

A 11h après la messe, la procession s'ébranle, petits anges et enfants de choeur en tête précédant l'évêque, et enfin la statue de la vierge, le tout suivi par la fanfare locale. A peine descendu du perron de l'église, tout ce monde piétine allègrement ces splendides tableaux. En fin d'après midi, après passage de la voirie, tout redevient comme si de rien n'était. A croire que toutes ces merveilleuses fresques n'ont jamais  existé et que tout cela n'était qu'un beau rêve.

 

Nous avons rencontré Silvia, une française qui voyage depuis 5 ans en Amérique du Sud, dont 2 ans 1/2 passés au Pérou, ainsi qu'Olivier un archéologue français qui vit depuis 10 ans dans la région et qui est fasciné par son travail de fouille, et fascinant par ses récits. Tous deux sont des vraies mines d'informations.

 

Nous commençons gentiment notre entrainement à la marche. Chaque jour nous allons visiter les points d'intérêts de la région. Chachapoyas est non seulement la ville dans laquelle nous nous trouvons mais également le nom d'une civilisation, dite "le peuple des Nuages". Si l'on sait encore peu de choses de cette civilisation, les Chachapoyas semblent avoir été de grands guerriers, de puissants chamans et prolifiques bâtisseurs, qui développèrent l'une des cultures les plus avancées des jungles tropicales du Pérou, où de nombreux vestiges ont été découverts ces dernières années. 

Le site le plus connu et le plus ancien, la forteresse de Kuelab, est atteint depuis Chacha en 2 1/2 h de piste et 45 min de montée à pied. Le site se trouve a 3000m d'altitude et les ruines s'échelonnent sur une crête dominant les vallées environnantes. A l'heure actuelle différentes théorie s'affrontent : ces lieux étaient-ils une forteresse, un lieu de culte, une combinaisons des deux ?

 

Puis le site funéraire  de Karajia atteint en 2 heures de route puis de piste, où 6 sarcophages sont haut perchés à flanc de falaise et accessible uniquement en rappel. Chacun de ces cercueils en bois, argile et paille, représente des individus stylisés, avec un visage triste qui semble fixer la vallée en contrebas. 

Et enfin les chutes de Gocta, 3ème plus hautes chutes du monde (771m) découvertes en 2005 et atteintes en 3 heures de marche.

Chaque  jour nous sommes en route pour découvrir cette magnifique région et traversons des villages typiques avec des habitants doux et chaleureux.
 

Que le monde est petit, nous avons rencontré par hasard dans une de ces excursions Inès, la fille d'amis du club alpin, en vacances au Pérou. C'est aussi cela la magie du voyage, les rencontres !

 

Nous passerions bien quelques semaines ici à Chachapoyas, malgré  les nuits fraîches il y fait bon vivre. Mais il faut cependant que nous continuions notre route. Nous partons demain pour Cajamarca en passant par Leymebamba, où nous resterons une nuit.