Lima

récit de voyage no 12

Après quatre heures de bus depuis Paracas, nous arrivons à Lima, grande ville de plus 10 millions d'habitants. La population est plus nombreuse que toute la Suisse réunie ! Nous avons de la chance, car durant notre semaine dans cette capitale réputée pour son ciel gris et déprimant, le soleil est au rendez vous.

Notre premier hôtel se trouve dans le quartier de Baranco, banlieue branchée qui, hormis la zone du pont du soupir et ses nombreux restaurants, ne présente pas pour nous beaucoup d'intérêt. Nous préférons loger au centre de Lima, zone plus touristique mais nettement plus intéressante. 

Nous déménageons dans un hôtel bien curieux (hôtel España) situé non loin de la Plazza de Armas. Cet hôtel comporte 46 chambres, chacune différente, qui sont dissimulées dans tous les recoins d'une vieille demeure coloniale labyrinthique agrémentée de statues de style romain et d'art baroque. Nous avons l'impression de loger dans un musée vivant. Pour couronner le tout, la terrasse située au 3ème étage, où est servi le petit déjeuner et où nous avons notre chambre, ressemble à un jardin d'Eden. Deux magnifiques  paons, deux splendides perroquets, trois grosses tortues, un chat au poil long et un petit chien circulent librement. On a intérêt à regarder où l'on met les pieds !  

Bien que Lima n'ait rien d'une reine de beauté, elle vaut le détour  pour ses monuments et sa vieille ville aux demeures coloniales ornées de somptueux balcons de style mauresque. Nous visitons de nombreuses églises, couvents, la cathédrale et ses splendides musées et également  le fameux Musée qui contient l'une des plus magnifiques et importantes collections de céramiques du Pérou, rien que son jardin débordant de bougainvilliers de toutes les couleurs vaut le déplacement.

C'est amusant, parfois  je me suis sentie telle une star de télévision. A plusieurs reprises des personnes de tout âge sont venues me demander si ils pouvaient faire une photo avec moi. Cela doit probablement être du à mes cheveux blonds et mes yeux verts. Pas désagréable comme sentiment ! On ne m'a pas encore demandé d'autographe, ce sera peut être pour une prochaine fois !! 

     
Certaines  personnes vont à l'église comme au supermarché, par habitude peut être ou par devoir, mais elles oublient que pour rentrer en relation avec Dieu, elles n'ont pas besoin de leur téléphone portable. Durant ces trois mois nous avons eu droit à un nombre impressionnant de processions, oh mon Dieu que de superstitions et d'usurpations de pouvoir en ton nom !


Nous arrivons au terme de notre aventure péruvienne qui fut un merveilleux voyage, intéressant, riche en sourires, en rencontres, en splendides paysages et fascinantes cultures, mais cependant pas toujours facile. Nous avons fait plus de 132 heures de bus en utilisant essentiellement des bus locaux et très rarement des bus pour touristes. Il faut avouer que parfois il fallait avoir le coeur bien accroché et avoir confiance dans le chauffeur, le bus et surtout dans notre bonne étoile !

Nous avons pendant tout ce voyage joué au yoyo avec l'altitude, du niveau de la mer pour la plus basse à la plus haute pour Pascal à 6070 m. et pour moi un col à 5000 m. Si pour Pascal l'altitude n'a pas posé de problème, en ce qui me concerne j'étais toujours assez essoufflée et régulièrement j'ai eu des forts maux de tête et des picotements dans les doigts, comme si on me plantait des aiguilles. Malheureusement nous ne sommes pas tous égaux face au problèmes du mal des montagnes...


Ce voyage nous a permis de nous rendre compte de la réalité péruvienne. Ici, la vie n'est pas facile, il y a  beaucoup de pauvreté. Nous avons été surpris par la forte présence militaire dans tout le pays, ainsi que par certains discours nationalistes à la limite du fascisme. Ce qui nous a également  interpelé c'est qu'une grande majorité de la population n'a pas accès à un niveau d'enseignement correct.  A se demander si ce n'est pas la volonté du gouvernement et de l'église de garder ses ouailles  ignorantes pour mieux les diriger ! 

 

Les péruviens sont des gens doux, sympathiques, ouverts, curieux. J'ai tout spécialement aimé les mamitas qui sont souvent très affectueuses.

Nous rentrons avec des images pleins les yeux et le coeur remplis d'émotions de ce splendide pays qu'est le PEROU.